BALZAC, Honoré de (1799-1850)

Lettre autographe signée à la troisième personne « M. de Balzac » à Maurice Schlesinger
S.l.n.d, dimanche [1837], 1/2 p. in-8 avec adresse autographe

« Il faut absolument s’entendre sur Gambara »

EUR 3.000,-
Ajouter à la sélection
Fiche descriptive

BALZAC, Honoré de (1799-1850)

Lettre autographe signée à la troisième personne « M. de Balzac » à Maurice Schlesinger
S.l.n.d, dimanche [1837], 1/2 p. in-8 avec adresse autographe
Ancienne trace de montage au verso, petit manque sur le deuxième feuillet (bris de cachet)

Balzac évoque son chef-d’œuvre Gambara, issu des Études philosophiques de La Comédie Humaine


« M. de Balzac espère que demain lundi Monsieur Schlesinger sera chez lui entre dis heures et midi, car il faut absolument s’entendre sur Gambara, M. de Balzac le prie d’agréer ses compliments.
Dimanche »


Gambara est une nouvelle d’Honoré de Balzac, parue en 1837 dans la Revue et gazette musicale de Paris à la demande de Maurice Schlesinger, puis reprise dans La Comédie humaine où elle figure dans les Études philosophiques.
On retrouve dans cette œuvre la formidable intuition artistique de l’auteur de La Comédie humaine. Alors qu’il explore le génie du peintre dans Le Chef-d’œuvre inconnu et fouille l’âme d’un sculpteur dans Sarrasine, il aborde dans Gambara l’art musical par le personnage d’un facteur d’instruments devenu compositeur de musique fou.

Cette nouvelle, restée incomprise à sa parution, a depuis été reconnue comme une œuvre de grande ampleur.