CENDRARS, Blaise (1887-1961)

Lettre autographe signée « Blaise Cendrars » à M. J. P. Morphée c/o André Gillois
Paris, mercredi 4 [février 1953], 1 p. in-12 avec adresse autographe , timbre et cachet au verso

« L’Homme foudroyé, La Main coupée, Bourlinguer… »

EUR 850,-
Ajouter à la sélection
Fiche descriptive

CENDRARS, Blaise (1887-1961)

Lettre autographe signée « Blaise Cendrars » à M. J. P. Morphée c/o André Gillois radiodiffusion française
Paris, mercredi 4 [février 1953], 1 p. in-12 avec adresse autographe, timbre et cachet au verso
Traces de colle et petite tache en marge inférieure, infime manque en marge supérieure

Cendras fait une courte notice autobiographique de ses principales œuvres pour son correspondant de la Radiodiffusion française


« Cher ami,
Voici la notice demandée. Je pense que cela suffit. Ma main.
Blaise Cendrars

Né le 1 septembre [18]87 – Poète du Monde Entier (1919) – Voyageur et reporter : Panorama de la Pègre (1931), Holywood (1936), la Banlieue de Paris (1950) le Brésil (1952).
Romancier : L’Or (1924), Dan Yack (1925), Moravagine (1926), L‘Homme foudroyé (1946), La Main coupée (1947), Bourlinguer (1949), Le Lotissement du ciel (1950).
A la radio : Blaise Cendrars vous parle (1952) »


De son vrai nom Frédéric Sauser, né à la Chaux-de-Fonds le 1er septembre 1887, Blaise Cendrars écrit Le Panama et la majorité des Dix-neuf poèmes élastiques avant de partir pour la Légion étrangère comme engagé volontaire lors de la Première Guerre Mondiale. Blessé par un obus en 1915, il perd un bras et tombe dans la misère. Habité par une fièvre créatrice, il devient « écrivain de la main gauche ». Après la Première Guerre Mondiale, le cinéma occupe la majorité de son temps*et devient l’assistant d’Abel Gance. Il abandonne la poésie pour se consacrer au roman et publie notamment L’Or (1925), Moravagine (1926) et Les confessions de Dan Yack (1929), qui obtiennent un énorme succès. Il participe à la Seconde Guerre Mondiale en tant que correspondant de guerre du côté britannique. Peu de temps après, il se retire à Aix-en-Provence pour écrire une autobiographie très libre en quatre volumes intitulés L’homme foudroyé, La main coupée, Bourlinguer et Le Lotissement du ciel, un chef-d’œuvre synthétisant les expériences d’une vie aventureuse et hors du commun et ses recherches autour de la poésie.