MONTIJO, impératrice Eugénie de (1826-1920)

Lettre autographe signée « Eugénie » au président Patrice de Mac-Mahon
Chislehurst, Camden Place [juin 1873], 4 p. in-8

« Je ne vous demande rien pour l’avenir mais faites respecter un passé qui fut le berceau de votre gloire »

VENDU
Ajouter à la sélection
Fiche descriptive

MONTIJO, impératrice Eugénie de (1826-1920)

Lettre autographe signée « Eugénie » au président Patrice de Mac-Mahon, maréchal de France et duc de Magenta, nouvellement élu président de la République française
Camden Place, Chislehurst [juin 1873], 4 p. in-8 sur papier de deuil

D’une écriture très cursive, l’Impératrice défend avec rage la mémoire de l’Empereur Napoléon III et apostrophe vivement le nouveau Président de la République.
L’Empire s’adresse ici à la République avec excès et ressentiment.


« Monsieur le Marechal
Je vois dans les journaux depuis quelques jours des anecdotes qui ont l’intention de vous exalter au détriment de celui qui n’est plus, de celui qui vous fit en un jour maréchal et Duc ; je ne puis croire que votre cœur ne se révolte de ces flatteries qui se prodiguent à tout pouvoir, à tout succès.
Je suis la veuve de Napoléon III
Sa gloire et son honneur sont à mes yeux plus qu’une couronne, plus que la fortune. Faites taire ce qui vous font un piédestal sur une tombe, et songez qu’il n’y a de grandeur que ce qui à sa base sur la justice. Je ne vous demande rien pour l’avenir mais faites respecter un passé qui fut le berceau de votre gloire. Croyez monsieur le Maréchal à tous mes sentiments. Eugénie »


Le maréchal de Mac-Mahon, nouvellement élu président de la République (24 mai 1873), reçoit les honneurs de la presse lors de son élection en raison notamment de ses succès militaires sous le Second Empire, lesquels lui ont valu d’être fait duc de Magenta et maréchal de France lors de la guerre d’Italie (1859). Ces deux titres lui sont donnés par Napoléon III, général en chef de l’armée d’Italie, à l’issue de la victoire de Magenta (4 juin 1859) par celui qui avait alors le grade de général.

A cette lettre est joint l’article de presse ayant soulevé l’indignation de l’impératrice Eugénie face au silence et au manque de reconnaissance manifeste quant à l’intervention de l’empereur dans l’élévation du Maréchal Duc. Le document porte la mention manuscrite « 6 juin », probablement inscrite par cette dernière, et correspond sans doute à sa date de parution dans la presse.

Lettre exceptionnelle