INDY, Vincent d’ (1851-1931)

Ensemble de trois lettres autographes signées, dont deux à Georges Hartmann
France, Belgique et Italie, entre 1872 et 1900, 5 pages in-8 et in-12

« Je suis au milieu du final »

EUR 350,-
Ajouter à la sélection
Fiche descriptive

INDY, Vincent d’ (1851-1931)

Ensemble de trois lettres autographes signées, dont deux à Georges Hartmann
France, Belgique et Italie, entre 1872 et 1900, 5 pages in-8 et in-12

Intéressant ensemble de trois lettres autographes signées où il est notamment question de ses compositions d’Indy et de La Flûte enchantée


Lettre autographe signée « Vincent d’Indy » à « Mon cher Monsieur Hartmann », [Vernoux (Ardèche)], 30 juillet 1872, sur papier de deuil, 2 p. in-8

Vincent d’Indy demande à Georges Hartmann les trois partitions – piano et chant – suivantes : Orphée (Gluck, La Flûte enchantée (Mozart) et Joseph (Méhul), l’ensemble provenant de la collection Litolff.

Il termine sa lettre en le priant de saluer de sa part « [Jules] Massenet quand vous le verrez ».

***

Lettre autographe signée « V. d’Indy » à « Mon cher ami » [Georges Hartmann ?], Florence, 21 janvier 1894, 1 p. in-8

Il s’excuse de ne pouvoir honorer un rendez-vous demandé par son interlocuteur car il est « établi en Italie pour tout l’hiver afin de pouvoir travailler tranquille, ce que je ne puis faire à Paris ».

***

Carte autographe signée « V. d’Indy » à « Mon cher Hartmann » [Georges Hartmann], s.l. [Belgique], « jeudi » [entre 1897 et 1900], 2 p. in-12

Vincent d’Indy remercie Georges Hartmann suite à l’article qu’il a publié dans L’Illustration à propos de Fervall, opéra composé en 1897 : « Comme il est dans une note détonante avec bien d’autres critiques, il ne m’en a que plus frappé et je vous en suis vraiment reconnaissant. »

Il évoque ensuite le concerto qu’il finalise : « Je suis au milieu du final et pense pouvoir vous le remettre d’ici à 8 jours au plus. Mais je me souviens maintenant qu’il y a dans le final une non-conformité entre les parties et la partition. Tout cela, ainsi que les fautes, était signalé, si je ne me trompe, sur la partition (…) que vous devez avoir avec les parties d’orchestre. C’est là-dessus qu’il faudra vérifier pour la gravure (je m’en charge). »

Il lui annonce enfin sa venue la semaine suivante « à mon retour de Belgique ».


Compositeur et chef d’orchestre français, Indy est l’élève de César Franck au Conservatoire de Paris. Désirant relancer l’enseignement de la musique sacrée, il crée la Schola Cantorum de Paris, œuvrant ainsi au renouveau du mouvement.