LOUŸS, Pierre (1870-1925)

Ensemble de quatre lettres autographes signées « P » et de deux manuscrits autographes
Villa Velléda [Bassin d’Arcachon, c. 1912], 15 pages in-12

« Dans le sourire de la Joconde, je n’ai jamais vu aucune énigme, rien que de la dissimulation. Cette femme-là ne dit rien de tendre ni de profond, ni d’intéressant »

EUR 950,-
Ajouter à la sélection
Fiche descriptive

LOUŸS, Pierre (1870-1925)

Ensemble de quatre lettres autographes signées « P » et de deux manuscrits autographes
Villa Velléda [Bassin d’Arcachon, Août 1911], 15 pages in-12

Intéressante correspondance au sujet du vol de la Joconde survenu quelques jours plus tôt, pour lequel Gabriele d’Annunzio fut soupçonné d’être le voleur, et de l’affaire Geneviève Lantelme


Villa Velléda. 25 août
« L’Arcachonnais qui vient de me raser ici est arrivé ce matin en me disant d’un ton ému :
“Monsieur, la Joconde a été retrouvée.
– Où ça ?
– A Arcachon
– Chez qui ?
– Chez Mr d’Annunzio
– Comment le savez-vous ?
– Son secrétaire est mon client. Il sort de chez nous. Il nous a dit : La Joconde a été retrouvée. Elle est chez mon patron.
– Il ne s’est pas moqué de vous ?
– Oh ! Il avait l’air très sérieux »
D’Annunzio occupe depuis longtemps la plus grande villa du Moulleau, qui est dans une banlieue d’Arcachon, plus près de la mer
[Pierre Louÿs élabore un croquis du bassin d’Arcachon]
Le bruit courrait hier à Paris que la Joconde était partie toute seule et je ne saurais trop approuver le sentiment du dessin que voici :
[Pierre Louÿs a collé une coupure de presse figurant la caricature de deux policiers au Louvre sur le lieu du vol]
Dans le sourire de la Joconde je n’ai jamais vu aucune énigme, rien que je la dissimulation.
Cette femme-là ne dit rien de tendre ni de profond, ni d’intéressant.
Elle dit : « Mon mari vient de sortir » et j’ai envie de répondre « qu’est-ce que cela me fait ? »
Mais il est vrai que la Sainte de l’Adultère, après 400 ans de repos, ait quitté sa place éternelle pour aller chez d’Annunzio c’est la plus belle histoire de notre temps.
Je t’embrasse. P.
Ce qui me choque le plus, dans la Joconde, c’est qu’un übermensch [surhomme] comme Vinci ait médité pendant quatre ans devant ces yeux là ; et qu’il ait fait une œuvre si belle, si belle ! devant cette petite pensée, ces petits calculs, ces petits mensonges »


Lundi 6h

« Et pour comble d’erreur, une lettre de toi était égarée dans mes papiers – et dans tes propres comptes ! 
Au moment de cacheter ceci, je retrouve ta lettre du 14 août que, je ne sais comment, j’avais perdue entre d’autres lettres, et que toi aussi tu as oublié car elle porte le même chiffre que ta lettre du 22. 
En somme tu m’as écrit le 7, le 14, et le 22, très régulièrement chaque semaine et tout ce que je viens de te dire signifie seulement que les intervalles entre deux de tes lettres me paraissent toujours deux ou trois fois plus longs qu’ils ne le sont. 
Cette 1ere lettre 8 est précisément celle qui contenait la photo du N.Y.H donc tu sais déjà que je l’ai reçue puisque tu réponds à ma réponse et me renvoies la coupure. 
Quelle tristesse que de voir si tôt l’hiver gagner Pétersbourg ! J’aurais voulu que tu fusses là pendant la conférence des ambassadeurs la semaine dernière ; cela t’aurais permis de passer peut-être huit jours dans le sud-ouest, mais toi seul pouvait juger si c’était possible. J’hésite à te dire quel temps délicieux nous avons ici. 
Je voudrais te donner une tentation et j’ai peur de ne t’apporter qu’un regret. Je t’embrasse de cœur. P »


Villa Velléda. Lundi 28 août

« J’ai l’art de l’avoir fait exprès… car bien certainement ç l’heure ou je comptais 21 jours depuis ta dernière lettre, l’autre venait d’arriver à Arcachon ; mais à cause du dimanche je ne la reçois qu’aujourd’hui.
C’est égal ; si au lieu d’être fraternelle notre correspondance était de business, un juge d’instruction verrait dans le post scriptum de ma lettre 11 tous les caractères les plus faux, et même les plus maladroits puisque tu recevras les deux lettres en même temps. Cela n’a pas d’intérêt, pas de conséquence, mais si j’étais moi-même ce juge j’aurais dit en lisant les termes du post scriptum (minuit viennent de sonner, etc) : la preuve est faite.
C’est sur des preuves comme celle-là qu’on en envoie les gens au bagne et qu’on les gracie vingt ans plus tard avec 30.000f de dommages-intérêts en échange de leur jeunesse, de leurs amours, de leur bonheur, et de leur existence perdue. 
Paz écrit à Louise que Lull a découvert ma photographie dans ta chambre et qu’elle l’a embrassée vingt fois en disant : « Lallie’s uncle Pierre ! »
Pauvre petite ; et pourquoi ? parce que j’ai joué une fois au ballon avec elle et que je lui ai envoyé une petite carte. Elle ne me connaît guère autrement.
Elle est si gentille… Je t’embrasse. P. 

A la question : ‘Comment est morte [Geneviève] Lantelme ? Les journaux se taisent, mais vous savez peut-être » Pétale répond : 
« Sur ce bateau avait lieu des scènes de débauche incroyables, qu’[Alfred] Edwards appréciait ; mais il n’aimait pas qu’on se passât de lui. Il aurait, dit-on, pincé Lantelme avec le jeune [Charles] Cuvillier. Une scène terrible s’en serait suivie, au cours de laquelle Lantelme aurait tiré sur Edwards dont elle était excédée. Alors, s’est-elle, dans son affolement, jetée à l’eau ? Ou l’a-t-il poussée ?… Mystère. En tout cas ils étaient tous ivres, ce qui permet de supposer le pire. »
Ce « jeune Cuvillier » est un fort ancien jeune homme que j’ai rencontré jadis une fois en 1896. C’est un compositeur de musique, fils de l’épicier de la rue de la Paix. 
Entends-tu encore mon oncle Paul raconter l’Histoire du Parapluie volé ? 
1er écriteau – Ce parapluie a été placé là par un monsieur qui peut assumer un bœuf, et qui reviendra dans cinq minutes. 
2eme écriteau – Le parapluie a été pris par un monsieur qui fait six lieues à l’heure et qui ne reviendra jamais. 
C’est ainsi que la Joconde a été volée. L’État qui possède tout ce qu’il faut pour assumer dix éléphants, – et même des canons de 305, plus que capables d’assumer cents bœufs, garde la Joconde avec un écriteau un extrait du code, collé sur la porte. 
“L’État reviendra dans cinq minutes”. C’est tout à fait l’histoire de mon oncle Paul. 
Mais la Joconde a été prise par un monsieur qui fait 70 kil. à l’heure dans le rapide de Bordeaux et qui ne reviendra jamais »

Villa Velléda 30 août

« Paz [Louis] nous a fait avant-hier la plus charmante surprise en venant passer deux jours avec nous. Elle va bien ou du moins elle paraît elle est très bien. Elle a toute la vie et son entrain avec la seule tristesse de ton absence. Elle a pris des huîtres ici, trois jours avant les mois en R. mais dans de telles conditions de fraîcheur qu’elle n’en pouvait pas souffrir. Et néanmoins je ne lui trouve pas bien bonne mine, sans m’expliquer pourquoi, car elle ne se plaint de rien et ce soigne sérieusement. Elle n’a pas encore repris le teint qu’elle avait l’an dernier.
L’article dont je t’envoie la fin tend a prouver Que les deux revues navales, la française et l’allemande, mettent en ligne, pour faire un nombre, une quantité de non-valeurs, mais qu’en somme tout cela se réduit à 12 bons cuirassés français, contre 17 bons cuirassés allemand. Nous en sommes là quand l’auteur arrive à sa péroraison – qui abonde trop dans mon sens pour que je ne te l’envoie pas. Il faudrait donner à cette thèse une épigraphe : Arma Virumque Cano [Je chante les armes et l’homme – (Virgile, Énéide, Chant 1)], évidemment. Et c’est le Virumque qui nous manque le moins.
Les programmes de 1902 qui nous donnent en 1911 une jeune génération illettrée, ont eu une curieuse conséquence :
C’est que le latin revient à la mode. Bien des écrivains en 1890 ce seraient pris pour des cuistres s’ils avaient cité un petit verre d’Horace, n’hésitent plus devant leur citation. Les journaux sont truffé de Virgile, farci de Lucrèce et enguirlandés de Cicéron.
C’est tout naturel, d’ailleurs il il faut prévoir que cela ira en augmentant, puisque la mode est le snobisme de ce que tout le monde ne possède pas.
Tant mieux pour les romanciers qui ont fait de l’antique il y a 20 ans.
Je t’embrasse de cœur. P »


Survenu le 22 août 1911, le vol de La Joconde au musée du Louvre a un retentissement international. Le monde des arts en est bouleversé. La police soupçonne, entre autres, le peintre Pablo Picasso ; ce dernier est alors longuement interrogé. En parallèle le vol est revendiqué par plusieurs mythomanes, dont l’écrivain italien Gabriele d’Annunzio, qui avait composé en 1898 une tragédie intitulée La Joconde, dédiée à « Eleonora Duse aux belles mains ». Chacun sait que le voleur est Vincenzo Peruggia. La Joconde est restituée deux ans plus tard.

Geneviève Lantelme (1883-1911) est une icône de la mode et courtisane de la Belle Époque. Considérée par ses contemporains comme l’une des plus belles femmes de son temps, sa disparition précoce et mystérieuse au jeune âge de vingt-huit ans lors d’une croisière sur le Rhin a contribué à sa légende.