MALLARMÉ, Stéphane (1842-1898)

Carte autographe signée « Stéphane Mallarmé » à Aurélien-François Lugné-Poe
Paris, [11] février [1895], 1 page 1/2 in-12

« Vous me donnez ce plaisir de vous entendre par avance… »

EUR 1.300,-
Ajouter à la sélection
Fiche descriptive

MALLARMÉ, Stéphane (1842-1898)

Carte autographe signée « Stéphane Mallarmé » à Aurélien-François Lugné-Poe
Paris, [11 février] 1895, 1 page 1/2 in-12

De son exquise calligraphie, Mallarmé accepte de conseiller Lugné-Poe sur la lecture d’une représentation théâtrale


« Mon cher ami,
Vous vous en tireriez si bien seul 1 ; mais, puisque vous me donnez ce plaisir de vous entendre par avance, voulez-vous que ce soit, à la maison, un peu avant neuf heures du soir, par exemple lundi prochain le 19 2. Vous serez revenu de la Haye 3 et j’aurai juste fini quelque chose qui m’occupe ces jours-ci.
Toutes nos amitiés, votre main
Stéphane Mallarmé »


1- Lugné-Poe écrit avoir offert à Allys Arsel de dire « Le Corbeau » lors de sa matinée dédiée Poe (prévue le 25 février), et demandé à voir Mallarmé au préalable pour n’être « pas trop à côté » ;
2- Sic, pour lundi 18 ;
3- Où il allait jouer L’araignée de cristal de Rachilde, La Gardienne de Régnier et La Peur des coups de Courteline.

Le contenu même de cette carte prend sens grâce à la lettre de Lugné-Poe, à laquelle Mallarmé répond :

“Mon cher maître,
J’ai offert à ma camarade Arsel de dire le “Corbeau” à sa matinée sur Poe. — C’est une heureuse responsabilité q. je prends. — Je pars demain à La Haye, je serai de retour à Paris d’ici 4 jours. Auriez-vous dans la quinzaine quelques minutes pour que je ne sois pas trop à côté ? —
La matinée doit avoir lieu le 25. — Je fais cette chose parce qu’elle me plaît, le reste ne me regarde point. — Mon souvenir respectueux à Madame Mallarmé. —
Tout à vous, cher Maître,

A. F. Lugné-Poe”

Il faut comprendre que c’est Lugné-Poe qui s’offre à lire « Le Corbeau ». C’est pourquoi il souhaite demander des conseils à Mallarmé sur la bonne façon de lire.

Allys Arsel était une actrice qui illustrait par des lectures les causeries littéraires de Jean de Mitty à la Bodinière depuis le 15 décembre 1894. La séance consacrée à Mallarmé avait eu lieu le 10 janvier 1895, Cette séance (causerie et lectures) avait déplu à Mallarmé. Le 15 février, Lugné-Poe écrira à Mallarmé ne plus savoir si la matinée consacrée à Poe était toujours d’actualité, n’ayant plus de nouvelles d’Allys Arsel.

Le « quelque chose » qui occupe Mallarmé au moment-même de la rédaction de cette lettre est probablement la deuxième des Variations sur un sujet, intitulée « La Cour », qui devait paraître dans la Revue Blanche du 1er  mars 1895.

Lugné-Poe (1869-1940) est un acteur et directeur de théâtre français. Fondateur du théâtre de l’Œuvre, il est, avec André Antoine, l’artisan d’un renouveau du théâtre parisien à la fin du XIXe siècle.

.

Provenance :
L’écrivain Robert de Flers, intime de Marcel Proust.
La carte est conservée dans une enveloppe portant un envoi autographe d’Henri Mondor à Robert de Flers et un ex-dono autographe signé de ce dernier.

Correspondance, 2316 p. 1305

Nous remercions Bertrand Marchal pour sa précieuse contribution à l’élaboration de cette fiche.