MALRAUX, André (1901-1976)

Lettre autographe signée « André Malraux » à un critique
Sl, le 30 [1933], 1 page in-8 à en-tête de la NRF.

« Je comprends, certes, la méfiance que peut inspirer un livre sur la Chine »

EUR 1.900,-
Ajouter à la sélection
Fiche descriptive

MALRAUX, André (1901-1976)

Lettre autographe signée « André Malraux » à un critique
Sl, le 30 [1933], 1 page in-8 à en-tête de la NRF.

Lettre aux remarquable qualités littéraires, entièrement sur La Condition humaine


« Monsieur, Merci de l’article que vs [vous] avez consacré à mon livre.
Je comprends, certes, la méfiance que peut inspirer un livre sur la Chine; mais, précisément, (il se trouve que j’ai participé à des évènements semblables à ceux que je mets en scène) le milieu révolutionnaire de Canton, de Han-Keou, de Shanghaï, était fort peu Chinois, en fait: majorité de blancs; et même plus profondément, car les Chinois qui en faisaient partie n’étaient plus Chinois. La révolution, depuis 1911 a été faite par des cadres protestants ou occidentalisés. Quant à l’orthodoxie communiste de certaines phrases, elle n’est pas douteuse, mais elle ne l’était pas davantage en réalité. Tout cela n’a d’ailleurs pas grande importance; je n’y insiste que parce que je réponds à votre article en en suivant le déroulement, c’est à cause du reste que je vous écris, et je ne veux que vs
[vous] remercier. 
Croyez, je vs [vous] prie, Monsieur, à l’assurance de mes sentiments de sympathie.
André Malraux »


La Condition humaine, ultime volet d’une trilogie romanesque inspirée de séjours en Indochine dans les années 20, obtient le Prix Goncourt le 7 décembre 1933.