PROUST, Marcel (1871-1922)

Lettre autographe signée « Marcel » à Albert Nahmias
S.l.n.d (après 1911), 4 pp. in-8

« J’avais pris quelques petits engagements »

EUR 4.500,-
Ajouter à la sélection
Fiche descriptive

PROUST, Marcel (1871-1922)

Lettre autographe signée « Marcel » à Albert Nahmias
S.l.n.d (après 1911), 4 pp. in-8
Quelques rousseurs, petite déchirure au pli central

Lettre inédite dans laquelle Marcel Proust règle ses comptes avec Albert Nahmias au sujet de ses placements financiers


« Mon petit Albert
1° Léon se trompe. J’ai compté. En mettant tout au prix, je lui dois 17.000 frs et non 101 [?], donc c’est lui qui me doit 3.000 frs et non moi 1.000.
2° Avant d’avoir compté et croyant que Léon ne s’était pas trompé, j’étais fort embêté, car (comme vous m’aviez dit d’une part que vous n’aviez pas besoin que je paye de suite la copie, de l’autre que j’allais avoir un solde créditeur), j’avais pris quelques petits engagements. […] . Bien qu’il ne les ait pas, je crois qu’ils me les donneront. Et si l’erreur de Léon n’est pas reconnue, vous pourrez passer demain matin (en m’avertissant le soir) les chercher sous enveloppe. Mais son erreur est certaine. De plus je vous dirai en quoi je trouve de plus en plus qu’il n’a pas très bien agi.
3° Je ne veux pas, je ne peux pas reprendre de nouvelles mines et recommencer un nouveau compte. Mais si (ce qui est sûrement impossible) le droit de report durait jusqu’à la liquidation payée, nous aurions pu prendre pour un jour mille R.M. [Rand Mines] au cours de compensation (150) que vous m’auriez revendu aussitôt au cours de 155 et le bénéfice n’aurait pas été pour pallier mes pertes mais pour partager entre vous et moi […]
Tendresses, Marcel
[Dans un long post-scriptum, il ajoute]
La différence pour les R.M. même en comptant le report 1 franc au lieu de 0,90 comme eux, est (pour les 1.000) ou 21 mille francs, pour les G.M. de 2.700 ce qui fait 23.700. En y ajoutant 250 R.M. et 300 C.M. [Crown Mines] au cours actuel (puisque je compte la différence dans la différence totale je ne peux pas la compter 2 fois) cela fait 48.000 francs et 30.750 ce qui fait avec les 23.000 du report 102.450 francs. […]. Reste donc à peu près 96.000 francs de dû par moi. Ajoutons-y mille francs de courtage. Cela fait 97.000. Ils devraient donc verser à mon compte 3.000 francs au Crédit Industriel en touchant le chèque de 100.000 frs ou sous toute autre forme me faire un solde créditeur de 3.000 frs que je ne ferai d’ailleurs pas long feu à toucher car comme je comptais sur lui je me suis fort démuni. Tendresses »


Proust connaît Albert Nahmias depuis l’été 1911 à Cabourg et traite avec lui des questions financières. En effet, le père de Nahmias était le correspondant financier du Gaulois.
C’est le 11 décembre de cette année que Proust fait acheter des Rand Mines à Nahmias (Correspondance, t. X, p. 386).
David Léon est le banquier auquel Proust donne ses ordres d’achats et de vente : on connait une lettre de lui à Proust le 25 mars 1914 (Correspondance, t. XIII, p. 123-124).

Les placements boursiers de Marcel Proust s’avèreront désastreux. Il y fera même allusion, presque explicitement, dans A La Recherche du temps perdu (voir Albertine disparue, Pléiade vol. 4. 219 et 1119).

Lettre inédite