ARTOIS, Comte de Chambord, Henri d’ (1820-1883)

Deux lettres autographes signées “Henri” à Alexandre de Monti de Rezé
Frohsdorf, 1873, 4 p. in-8, avec enveloppe

“Vous connaissez trop bien mes intentions pour que j’aie besoin de vous donner des instructions détaillées”

EUR 1.400,-
Ajouter à la sélection
Fiche descriptive

ARTOIS, Comte de Chambord, Henri d’ (1820-1883)

Ensemble de deux lettres autographes signées “Henri” à Alexandre de Monti de Rezé
Frohsdorf, 1873, 4 p. in-8, avec enveloppe

Deux importantes lettres relatives à l’organisation du parti légitimiste dans le contexte des élections présidentielles de 1873


Lettre autographe signé « Henri» à Alexandre de Monti de Rezé (1814-1896), Frohsdorf, 29 mars 1873, 2p.

« Je vous charge, mon cher Monti, de réunir le plus tôt possible nos amis du département des Deux-Sèvres pour l’organisation d’un comité que réclame la gravité des évènements. Vous connaissez trop bien mes intentions pour que j’aie besoin de vous donner des instructions détaillées. Je suis certain d’ailleurs que vous trouverez dans le dévouement de tous un puissant auxiliaire pour la mission que je vous confie. Dites-leur bien que je compte sur eux comme ils peuvent compter sur moi. Je vous renouvelle l’assurance de ma constante affection. Henri »

Lettre autographe signé « Henri» à Alexandre de Monti de Rezé (1814-1896), Frohsdorf, 17 juin 1873, 2 p., enveloppe jointe avec cachet de cire rouge aux armes du comte de Chambord.

« J’ai lu, mon cher Monti, votre intéressant rapport, et je veux vous en remercier moi-même. Votre frère [Edouard de Monti de Rezé (1808-1877), aide de camp du comte de Chambord] vous dira mes intentions, comme il vous a déjà fait connaître mon approbation sur l’organisation de la Loire-Inférieure, et les choix sanctionnés par moi. Je suis bien certain que tous nos amis et que Lareinty [Henri Baillardel de Lareinty (1824-1901), monarchiste légitimiste, sénateur et président du conseil général de la Loire-Atlantique en 1876], dont l’énergie et le dévouement me sont particulièrement connus, m’aideront à sauver notre malheureux pays, quand le moment sera venu. Je suis content de René [de Monti de Rezé (1848-1934), fils du destinataire de la lettre], et je sais gré à Madame de Monti et à vous de me l’avoir donné. Comptez sur ma gratitude, et sur mon entière affection. Henri”


Le 24 mai 1873, le Maréchal de Mac-Mahon est élu Président de la République à la quasi-unanimité. La majorité monarchiste issue des élections législatives de 1871 et les sympathies légitimistes du nouveau chef de l’Etat semblent annoncer un prochain rétablissement de la monarchie en France. Néanmoins, l’intransigeance du comte de Chambord quant au rétablissement du drapeau blanc mettra un terme à ces espérances dès la fin de l’année 1873.