BIZET, Georges (1838-1875)

Lettre autographe signée “Georges Bizet” à son ami Emmanuel Jadin
S.l.n.d [Après 1863], 1 p. in-4 sur papier pelure

“La musique finie, tu sors, tu attends, je parais !!!!!!!!!!!!!”

EUR 1.300,-
Ajouter à la sélection
Fiche descriptive

BIZET, Georges (1838-1875)

Lettre autographe signée “Georges Bizet” à son ami Emmanuel Jadin
S.l.n.d [vers 1868], 1 p. in-4 sur papier pelure très fin
Habiles réparations au verso avec papier Japon, quelques infimes corosions d’encre

Singulière demande de rendez-vous, presque mystique, de l’auteur de Carmen


“Jadinus fulgens
Je ne suis pas là lundi — impossible. Mais dimanche ? Demain dimanche… 3 juin je crois, peux-tu ? Voici la chose : tu te lèves à 5h, 4h et demi même si tu veux. Tu attends l’heure du train — 9h35 gare Saint-Lazare — ligne Saint-Germain, station du Vésinet. Tu arrives à la gare du Vésinet à 10h10, 10h un quart. Tu demandes l’église. On te l’indique, si tu es poli. Tu arrives devant le porche, tu te recueilles, tu entres, tu ne vois rien ! Tu attends. Tout à coup des accents mélodieux s’élèvent jusqu’au plafond de l’église. C’est un de mes amis qui chante. Je tiens l’orgue. Tu t’attendris car tu as faim. La musique finie, tu sors, tu attends, je parais !!!!!!!!!
Déjeuner. Si tu veux passer la journée avec moi, merci. Tu dîneras et tu fileras tard. Si tout ça te goûte, arrive, pas bien mis… À demain j’éspère 9h35
9h35
A toi
Georges Bizet”


Dans sa maisonette du Vésinet (achetée par son père Adolphe en 1863), Georges Bizet alterne les compositions et les travaux alimentaires. C’est après la Commune qu’il finira par s’installer à Port-Marly et l’année suivante à Bougival, où il mourra brusquement en juin 1875.