CÉLINE, Louis-Ferdinand (1894-1961)

Lettre autographe signée « LD » à Jean-Gabriel Daragnès
Copenhague, le 19 mars [19]47, 2 p. in-4°

« La quarantaine des yeux de hyène, voyoue, commune, vaguement danseuse, entraîneuse, la donneuse type… C’était la morue à buter »

EUR 2.200,-
Ajouter à la sélection
Fiche descriptive

CÉLINE, Louis-Ferdinand (1894-1961)

Lettre autographe signée « LD » à Jean-Gabriel Daragnès
Copenhague, le 19 mars [19]47, 2 p. in-4° à l’encre bleue sur papier ligné brun
Petits manques et déchirures marginales sans manque de texte

La rancœur tenace, Céline dresse un portrait assassin de celle qu’il soupçonne de l’avoir dénoncé aux autorités


« Mon vieux. Pour la petite histoire et la bonne rigolade. Tout fini par se savoir… Lis cet écho. Le 10 Déc 1945 j’ai en effet été rencontré dans la rue de Copenhague mais pas par un Français mais par une Danoise mariée à un Français, la maîtresse de Coudert, le chirurgien elle m’a pleuré dans le gilet sur la mort de ses 2 hommes victimes des nazis… en même temps qu’elle me proposait la botte [inviter à une relation sexuelle]… s’ennuyant horriblement chez ses parents à Copenhague.. J’ai hésité. J’étais fatigué… excédé.. Je l’aurais enfilée qu’elle aurait fermé sa clape… enfin un moment. Elle a sauté à l’ambassade, , caveter… Popol [Gen Paul] me l’avait présentée quelques temps avant le départ… la quarantaine des yeux de hyène, voyoue, commune, vaguement danseuse, entraîneuse, la donneuse type… J’ai senti le couperet dès la première vue… J’ai senti la suite – C’était la morue à buter sans phrase – mais le jeu n’en valait pas la chandelle, j’étais fait de toutes les façons. D’ailleurs je ne me cachais pas. Ce n’était pas mon système. La conne a bien fait du luxe – ! Seulement le courage de bourrique manque? Ce n’est pas moi qui ai jamais donné personne, mais on m’a donné – Je te le dis, pour la petite histoire. Tout finit par se savoir. Amuse-toi si elle passe par là sans l’affranchir. Elle passera forcément renifler. L’assassin revient toujours sur les lieux du crime. Vous aurez une petite marrance. Je ne me venge pas moi j’ai mieux. Je rends historique !… À toi cher vieux et bien affectueusement à toi
LD »


Céline avait déjà évoqué cette malencontreuse rencontre avec Madame Dupland dans les rues de Copenhague, dans une lettre à Marie Canavaggia du 8 octobre 1945, avant son arrestation : « J’ai rencontré dans la rue ici il y a 3 semaines une femme danoise mariée à un Français qui me connaissait du village. Exclamations ! Questions ! Je m’en suis tiré comme j’ai pu […] Mais cela suffit à jeter un froid !… ». L’écrivain, qui situe cette rencontre à « Il y a 3 semaines », voudrait donc dire qu’elle daterait aux alentours du 10 septembre 1945 plutôt que du 10 décembre.
Le 17 décembre, Céline est finalement arrêté à la demande de la légation de France. Suivent quatorze mois de détention à la prison de Vestre Faengsel à Copenhague.

Ami et soutien indefectible de Céline pendant les années noires, le graveur et imprimeur Jean-Gabriel Daragnès (1886-1950) se fixa à Montmartre au milieu des années 1920, avenue Junot. Il connut Céline par l’intermédiaire de Gen-Paul et de Marcel Aymé, mais ne se lia avec lui que tardivement, quand l’auteur de Voyage au bout de la nuit prodigua comme médecin des soins à sa mère, gravement malade. Daragnès fut un des premiers à qui Céline écrivit après son incarcération au Danemark. Il devint ainsi son homme de confiance en France, son informateur à Montmartre, son intermédiaire avec les éditeurs, et accepta même en 1949 d’agir personnellement auprès de la Cour de justice en sa faveur. Daragnès vint deux fois au Danemark, en 1948, comme commissaire de l’exposition du Livre français à Copenhague, et ne manqua pas de rendre alors visite à l’exilé. Quand il mourut brusquement en 1950 à la suite d’une opération, Céline perdit avec lui un des ses plus solides appuis. Dans une version intermédiaire de son roman Féerie pour une autre fois, écrit au Danemark, il le présente comme « le plus grand graveur de France ».

Provenance :
Vente d’autographes, Drouot, 5 juin 1992, expert Frédéric Castaing, n°36
Collection Danière
Collection Patrice Campesato

Bibliographie :
Tout CÉLINE 4,Liège, 1987, « inédite » p. 87 (transcription partielle)
Lettres, éd. Henri Godard et Jean-Paul Louis, Pléiade, 2009, n°47-16