HUGO, Victor (1802-1885)

Lettre autographe signée “Victor H” à Joséphine Trébuchet
Bruxelles, le 19 décembre [1851], 1 page in-8 sur double feuillet

“J’ai lutté pour le droit, pour le vrai, pour le juste, pour le peuple, pour la France”

EUR 9.500,-
Ajouter à la sélection
Fiche descriptive

HUGO, Victor (1802-1885)

Lettre autographe signée “Victor H” à Joséphine Trébuchet
Bruxelles, le 19 décembre [1851], 1 page in-8 sur double feuillet
Traces de pliures dues à l’envoi d’origine

Vibrante et précieuse lettre de Victor Hugo rédigée aux premières heures de son exil depuis Bruxelles, 17 jours après le coup d’état de Napoléon III


“Bruxelles – 19 Xbre
Ma femme me dit toutes vos charmantes bontés, chère cousine, comment vous remercier. Hélas ! je n’ai plus le bras long, sans quoi, je vous embrasserais de Bruxelles à Paris.

Dites à mon cher et bon cousin que mon cœur est plein de lui. J’ai lutté pour le droit, pour le vrai, pour le juste, pour le peuple, pour la France, contre le crime sous toutes ses formes, depuis la trahison jusqu’à l’atrocité. Nous avons succombé, mais vaillamment et fièrement, et l’avenir est à nous. Dieu soit loué toujours !
Je vous baise les mains, ma cousine.
Victor H.
Embrassez ma chère fille pour moi.”


Dès le coup d’état du 2 décembre 1851 par Napoléon III, Victor Hugo est recherché pour son opposition à l’Empereur et pour avoir tenté, en vain, d’organiser la résistance en soulevant les masses populaires parisiennes. 25,000 francs de récompense sont promis à qui le capturera. Le 11 décembre, Hugo, muni d’un faux passeport, quitte Paris vers Bruxelles par le train de 20h; sous le nom de Jacques-Firmin Lanvin. Il est seul.

Le même jour que notre lettre, le 19 décembre, Hugo écrit à Paul Meurice : “Si nous pouvions coloniser un petit coin de terre libre ! L’exil ne serait plus l’exil. Je fais ce rêve.”

Ce petit coin de terre libre sera d’abord l’île anglo-normande de Jersey, puis celle de Guernesey ou il s’installe dès 1855. L’exil hugolien s’étirera sur près de 20 années.

A la capitulation de Napoléon III suite au cuisant échec de l’armée française à Sedan le 1er septembre 1870, Victor Hugo rentre en France le 5 du même mois et prononce ces mots qui resteront dans l’histoire :
“Citoyen, j’avais dis : Le jour où la République rentrera, je rentrerai. Me voici. […] Défendre Paris, garder Paris. Sauver Paris, c’est plus que sauver la France, c’est sauver le monde. Paris est le centre même de l’humanité. Paris est la ville sacrée. Qui attaque Paris attaque en masse tout le genre humain. […] Serrons-nous tous autour de la République en face de l’invasion et soyons frères. Nous vaincrons. C’est par la fraternité qu’on sauve la liberté”

Voir l’article de Jean-Marc Hovasse au sujet de cette lettre