NERVAL (de), Gérard (1808-1855)

Lettre autographe signée « Gérard de Nerval » à Pierre Bocage
S.l [Paris], 19 octobre 1852, 1 p. in-8°

« Je lui ai parlé du Tartuffe du Misanthrope du Père de famille »

EUR 3.500,-
Ajouter à la sélection
Fiche descriptive

NERVAL (de), Gérard (1808-1855)

Lettre autographe signée « Gérard de Nerval » à Pierre Bocage
S.l [Paris], 19 octobre 1852, 1 p. in-8°, adresse autographe au verso avec oblitération
Petites déchirures anciennement réparées au scotch, tout petit manque en marge inférieure gauche sans atteinte au texte

Nerval rend compte d’une entrevue avec Houssaye à son ami, l’acteur Pierre Bocage, interprète entre autres de Tartuffe et du Misanthrope, qui cherche un emploi


« Mon cher Bocage,
J’ai enfin mis la main sur Houssaye ; il m’a paru fort irrésolu. Je ne crois pas que sa lettre soit une défaite, mais il craint les autres. Il m’a demandé quels rôles vous pourriez jouer qui ne soient pas tenus. Je lui ai parlé du Tartuffe du Misanthrope du Père de famille, d’une foule d’autres, tenus il est vrai, mais où vous pouvez vous produire à votre tour, ainsi que des pièces nouvelles. Je n’ai pu obtenir une réponse précise mais il me semble que la cause n’est pas perdue si vous vous y prenez bien. Voyez-le chez lui, Je lui parlerai encore de tout ça et de la nécessité d’avoir le dernier des grands acteurs, dont la génération semble s’éteindre
Votre bien affectionné.
Gérard de Nerval »


Pierre Bocage (1799-1862) fut un des tout grands acteurs de la période romantique. Il devint ensuite directeur du théâtre de l’Odéon, où il fit jouer Le Chariot d’enfant de Nerval et Joseph Méry, en mai 1850. Quelques semaines après la création de cette pièce, Bocage fut relevé de ses fonctions de directeur, pour des raisons politiques, et, sans emploi, se mit à errer de théâtre en théâtre. On voit ici que Nerval, fidèle en amitié, a proposé les services de Bocage à Arsène Houssaye, qui dirigeait la Comédie-Française, ou Théâtre-Français, depuis 1849. Houssaye ne donnera aucune suite, cependant, à cette aimable intervention.

Références :
Œuvres complètes de Nerval – Gallimard / “Bibliothèque de la Pléiade”, t. II