TRENET, Charles (1913-2001)

Lettre autographe signée « Charles Trenet » à Louis Cousseau
[La Varenne Saint-Hilaire], 11 octobre 1961, 2 p. in-4°

« Vos copains d’Algérie, sous les drapeaux, m’écrivent souvent pour me remercier du petit réconfort que leur donnent mes refrains »

EUR 750,-
Ajouter à la sélection
Fiche descriptive

TRENET, Charles (1913-2001)

Lettre autographe signée « Charles Trenet » à Louis Cousseau, journaliste au Canard enchaîné
[La Varenne Saint-Hilaire], 11 octobre 1961, 2 p. in-4° à son en-tête
Traces de pliures d’époque

Belle et longue lettre du « fou chantant » au sujet de plusieurs de ses chansons


« Cher Louis Cousseau,
Merci à vous et au Canard [enchaîné] qui parlez si gentiment de mon Kangourou.
Merci pour le folklore !
En réalité j’ai apporté en Avril dernier douze chansons nouvelles et le récital actuel n’est qu’une reprise [il s’agit de Récital 1961 – Théâtre de l’Étoile, paru chez Columbia]
Merci de rester sur votre faim, ça prouve que vous avez un rude appétit. J’ai écrit une chanson “Les Soldats” que par pudeur je ne chante pas.
Écoutez là en disque. Je pense qu’elle vous plaira.
L’inquiétude dans la vie ? Je crois qu’il vaut mieux essayer de la dissiper et justement vos copains d’Algérie, sous les drapeaux, m’écrivent souvent pour me remercier du petit réconfort que leur donnent mes refrains.
Vous citez des noms d’auteurs que j’aime beaucoup. Je les ai cités avant dans “Moi j’aime le Music Hall”.
Chacun de nous à sa manière et [sic] tache d’exprimer sa nature.
Pour ma part je pense que la vie ne soit pas être subie mais dirigée sereinement.
Ce n’est pas en hurlant sa grisaille qu’on la fera changer de couleur.
Vous avez vingt cinq ans ? Bravo ! Moi aussi (depuis 23 ans) et je vous souhaite de tout cœur de les garder “longtemps, longtemps… après que etc etc…” [allusion à sa chanson L’Âme des poètes]
Amicalement à vous et à tous ceux du Canard
Charles Trenet
Bien entendu cette lettre n’est pas écrite pour être publiée. Ça m’a fait plaisir de vous dire tout ça. »


On reconnaît ici l’énergie du chanteur-poète qui semble répondre à quelques questions posées par son correspondant, sans toutefois oublier de se livrer à quelques notes d’humour.

Trenet évoque ici l’un de ses titres les plus célèbres : Moi j’aime le music-hall, paru sur l’album Chanson claires : 10 chansons nouvelles (chez Columbia).

Louis Cousseau fut plusieurs années journaliste, il a notamment collaboré au Canard enchaîné comme critique dramatique de 1960 à 1962.