TRENET, Charles (1913-2001)

Autograph letter signed « Charles Trenet » to Louis Cousseau
[La Varenne Saint-Hilaire], 11th October 1961, 2 p. in-4°

« Your friends from Algeria, in duty, often write to me to thank me for the little comfort that my refrains give them »

EUR 750,-
Add to Selection
Fact sheet

TRENET, Charles (1913-2001)

Autograph letter signed « Charles Trenet » to Louis Cousseau
[La Varenne Saint-Hilaire], 11th October 1961, 2 p. in-4°
Period fold marks

Nice and long letter from the “Fou chantant” about several of his songs


« Cher Louis Cousseau,
Merci à vous et au Canard [enchaîné] qui parlez si gentiment de mon Kangourou.
Merci pour le folklore !
En réalité j’ai apporté en Avril dernier douze chansons nouvelles et le récital actuel n’est qu’une reprise [il s’agit de Récital 1961 – Théâtre de l’Étoile, paru chez Columbia]
Merci de rester sur votre faim, ça prouve que vous avez un rude appétit. J’ai écrit une chanson “Les Soldats” que par pudeur je ne chante pas.
Écoutez là en disque. Je pense qu’elle vous plaira.
L’inquiétude dans la vie ? Je crois qu’il vaut mieux essayer de la dissiper et justement vos copains d’Algérie, sous les drapeaux, m’écrivent souvent pour me remercier du petit réconfort que leur donnent mes refrains.
Vous citez des noms d’auteurs que j’aime beaucoup. Je les ai cités avant dans “Moi j’aime le Music Hall”.
Chacun de nous à sa manière et [sic] tache d’exprimer sa nature.
Pour ma part je pense que la vie ne soit pas être subie mais dirigée sereinement.
Ce n’est pas en hurlant sa grisaille qu’on la fera changer de couleur.
Vous avez vingt cinq ans ? Bravo ! Moi aussi (depuis 23 ans) et je vous souhaite de tout cœur de les garder “longtemps, longtemps… après que etc etc…” [allusion à sa chanson L’Âme des poètes]
Amicalement à vous et à tous ceux du Canard
Charles Trenet
Bien entendu cette lettre n’est pas écrite pour être publiée. Ça m’a fait plaisir de vous dire tout ça. »


We recognize here the energy of the “singer-poet” who seems to answer some questions asked by his correspondent, without forgetting to indulge in a few notes of humor.