VALÉRY, Paul (1871-1945)

Lettre autographe signée « Paul Valéry » à un ami
S.l [Paris] le 27 août 1942, 2 pages in-8 à en-tête de l’Institut de France

« je deviens, par la force des choses, – un homme de lettres ! »

EUR 450,-
Ajouter à la sélection
Fiche descriptive

VALÉRY, Paul (1871-1945)

Lettre autographe signée « Paul Valéry » à un ami
S.l [Paris] le 257 août 1942, 2 pages in-8 à en-tête de la Bibliothèque l’Institut de France
Traces de pliures dues à l’envoi d’origine

Paul Valéry, en proie à des désillusions, parle des dernières œuvres de sa vie et évoque Picasso


« Cher ami,
Les nouvelles sont médiocres… Ma fille, rentrée et vue par Vignes, est encore assez fatiguée. Ce qu’elle a eu demeure flou quant au diagnostic. Vignes songe à l’expédier à Salies – ce qui ne simplifie pas l’été. Ma femme, qui s’était chargée des petits enfants, est tombée sur une valise et s’est fracturé le “col chirurgical de l’humérus”… dit Mondor. Tout ceci est bien ennuyeux. Je pense partir pour l’Aveyron vers le 6, ayant déjà perdu un mois de mon laisser-passer. Autre nouvelle, le papier pour mes mauvaises pensées m’a été refusé (1). On essaye de rattraper ce papier, mais si l’on n’y réussi pas, je serai très ennuyé – puis que je deviens, par la force des choses, – un homme de lettres !
je ne sais pas où en est la question du Virgile (2)depuis que Picasso nous a dégonflés. Derain.?? Mois, j’attends. Vous avez de la chance de vous nourrir sans douleur !
Ma femme, cher ami, est l’autre patraque, ma fille, me chargent de toutes leurs amitiés pour vous.
Je suis bien vôtre.
Paul Valéry »


(1) Paul Valéry est un écrivain assidu dont la carrière s’étale sur cinquante ans, « entre la lampe et le jour », des cahiers où flambent les éclairs de son intelligence éclectique. Les Mauvaises pensées et autres, publiées en 1942, en offrent le meilleur aperçu.
(2) Valéry travaille de 1942 à 1944 sur une version française des Bucoliques de Virgile (à la demande de Alexandre Roudinesco), c’est-à-dire durant les dernières années de sa vie. Le poète sollicite Pablo Picasso et André Derain pour réaliser des illustrations de l’ouvrage, avant leurs désistements respectifs. C’est finalement Jacques Villon qui les prend en charge, en réalisant quarante-quatre au total.

Belle lettre