VALÉRY, Paul (1871-1945)

Lettre autographe signée « Paul Valéry » à Pierre Camo
Paris, 40 rue de Villejust, Septembre 1923, 3 pages in-8

« Envoyer une sorte de fleur à travers le vain réseau des latitudes »

EUR 350,-
Ajouter à la sélection
Fiche descriptive

VALÉRY, Paul (1871-1945)

Lettre autographe signée « Paul Valéry » à Pierre Camo
Paris, 40 rue de Villejust, Septembre 1923
3 pages in-8 sur bifeuillet
Trace de pliure centrale

Belle lettre poétique de Paul Valéry au sujet de la Pléiade


« Mon cher confrère,
Je ne m’attendais pas qu’il me vint de si loin une lettre si charmante. 
Mais enfin c’est un acte gracieux et naturel de poète que de dédaigner la distance et que d’envoyer une sorte de fleur à travers le vain réseau des latitudes. Je suis tout à fait touché de ce geste auquel je voudrais répondre un peu mieux que je ne fais. Mais si je suis si accablé d’une correspondance sans pitié, et d’ailleurs si fatigué que je ne sais que dire merci, sans l’articuler comme je le devrais, m’adressant à un poète de votre pure et rare qualité.
Pardonnez-moi et croyez à mes sentiments très reconnaissants, comme à une profonde estime.
Paul Valéry
Quant à la question du jury de la Pléiade, je vous avoue que j’en suis peu informé. J’ai assisté de corps à la séance finale, ou j’ai appris le nom du lauréat… il est vrai que je n’avais pu véritablement examiner les ouvrages des concurrents.
Mais j’estime que nous n’avons pas à tenir compte des questions qu’il plait à tel ou à tel de nous poser.
Nous sommes jury et non tribunal, et n’avons pas à motiver.
Et puis je n’aperçois pas du tout de quel droit et sur quoi fondé, un quidam, fut-il journaliste, nous mettrait des questions sous le nez. »


Au sortir de la Première Guerre mondiale, Paul Valéry devient comme un poète officiel, immensément célèbre – un peu dupe et il s’en amuse – et comblé d’honneurs. En 1924, soit peu de temps après l’envoi de cette lettre, il devient président du PEN club Français, puis est élu membre de l’Académie française l’année suivante.

Pierre Camo (1877-1974) est un magistrat et poète français. Il séjourne longuement à Madagascar. Ce voyage lui inspire nombre de ses textes.