VERLAINE, Paul (1844-1896)

Lettre autographe signée « PV » à Charles Morice
Coulommes, mercredi (septembre ou octobre 1884) ; une page in-8

« Que c’est emmerdant de manquer d’os »

EUR 2.800,-
Ajouter à la sélection
Fiche descriptive

VERLAINE, Paul (1844-1896)

Lettre autographe signée « PV » à Charles Morice
Coulommes, mercredi (septembre ou octobre 1884) ; une page in-8

Lettre inédite, écrite en style télégraphique, il y est question d’une nouvelle publication de ses poèmes sur le thème du saphisme « Les Amies » dans Jadis et Naguère


« Cher ami, Dieu merci, je vais mieux. J’espère même aller à Paris très bientôt. Vous préviendrai d’avance. Viendriez au devant de moi gare de l’Est.
Ecris à d’Orfer par ce courrier pour Amies. Savoir quoi et comment.
Vanier m’envoie épreuves de Jadis et Naguère. Renvoyé corrigées déjà 16 pages.
Toujours ennuyé p[ou]r argent.
A bientôt sonnets mâles pour intercalation avec Amies dans Vers a la manière de plusieurs [section du futur Jadis et Naguère]. D’ailleurs vous verrai bientôt. Mais que c’est emmerdant de manquer d’os. A vous de cœur. PV »


« Les Amies » est une plaquette de poèmes de Paul Verlaine publiée clandestinement sous le pseudonyme de Pablo de Herlagnez en décembre 1867. C’est le deuxième recueil publié par Verlaine, après les poèmes Saturniens en 1866.
En 1872-1873, Verlaine pense à nouveau au recueil et demande à son ami Lepelletier de lui envoyer les sonnets à Londres, où il voyage avec Rimbaud. Cependant, son altercation avec le jeune prodige et sa condamnation à la prison l’empêchent de mener à bien ce que l’on suppose être un projet de réédition. Un projet de réédition est lancé par son ami Leo d’Orfer en 1883, mais il n’aboutit pas. Les poèmes sont finalement publiés en 1884, dans La Revue indépendante du mois d’octobre. Verlaine envisage ensuite de regrouper les poèmes des « Amies » dans son recueil Jadis et naguère, mais ils n’y sont pas insérés, peut-être en raison des réticences de l’éditeur Vanier ; c’est dans Parallèlement qu’ils sont finalement réédités en 1889.

Nous tenons à remercier Olivier Bivort pour son aide dans le parachèvement de cette fiche