MARTIN DU GARD, Roger (1881-1958)

Autograph letter signed “Roger Martin du Gard” to a friend
Nice, 21st Nov[ember] [19]36, 3 p. in-8

“I have a great chance in my misfortune: it is to have you !”

EUR 300,-
Add to Selection
Fact sheet

MARTIN DU GARD, Roger (1881-1958)

Autograph letter signed “Roger Martin du Gard” to a friend
Nice, 21st Nov[ember] [19]36, 3 p. in-8

Long letter by Roger Martin du Gard who is trying to overcome legal setbacks with against his architect for his property château du Tertre


“Cher ami,
J’ai une bien grande chance dans mon malheur : c’est de vous avoir !
Votre lettre m’apporte un immense soulagement. Je n’ai, en effet, ici, aucun dossier des travaux du tertre [château du Tertre], rien qui me permette de donner à mon avocat des précisions indispensables. Tout est sauvé s’il peut entrer en rapports avec vous, et trouver auprès de vous tout ce que je ne puis, à distance, lui donner : sans compter une compétence et des avis qui lui seront précieux pour mener cette affaire vite et bien.
Je lui ai aussitôt écrit longuement, en le priant de vous fixer un rendez-vous et en lui disant qu’il pouvait s’en rapporter à vous comme à moi-même.
Je n’ai pas voulu vous déranger pour cette affaire un ami de mon père, le vieux bâtonnier Albert Salle, qui est un des grands pontifes du Palais. Je me suis adressé à un ami de mon âge, Me Levacon, 28 rue Scheffer, membre du Conseil de l’Ordre, qui a déjà une grande autorité au Palais, et qui est non seulement un de mes amis, mais le successeur de mon beau-père, dont il a hérité toutes les affaires ; c’est vous dire qu’il fera tout ce qui est en son pouvoir pour nous rendre service et nous faire gagner ce procès. C’est un homme extrêmement énergique et droit, qui étudie à fond ses affaires, et dont le succès au Palais est entièrement dû à sa valeur personnelle et à sa haute conscience. Avec lui, avec vous, je crois que nous sommes en bonnes mains !
Ce que je vous demande, c’est de le presser, car vous êtes mieux que lui capable de comprendre l’urgence qu’il y aurait à pouvoir commencer le plus tôt possible les travaux, et le danger qu’il y a à ce qu’un nouvel hiver passe sur nos pauvres terrasses.
Encore merci de votre aide si amicale. Et de tout cœur !
Votre Roger Martin du Gard”


It was in 1906 that Roger Martin du Gard discovered this property belonging to his future in-laws. Seduced by their daughter and the house, he made many stays there and lived there from 1925 to 1940. This property captivated him to the point that he described it in The Lieutenant-Colonel of Maumort (Gallimard, 2008), his last unfinished novel. There he received many personalities such as André Gide, André Malraux, Albert Camus and many others related to the creation of the NRF and the publisher Gallimard.