MAURIAC, François (1885-1970)

Autograph letter signed “FMauriac” to Louis Artus
[Paris], 31 Oct[ober 19]20, 4 p. in-8,autograph envelope attached

“I have not yet had time to heal from my youth”

EUR 600,-
Add to Selection
Fact sheet

MAURIAC, François (1885-1970)

Autograph letter signed “FMauriac” to Louis Artus
[Paris], 31 Oct[ober 19]20, 4 p. in-8,autograph envelope attached
Usual fold mark

Long and great letter from Mauriac evoking faith, sensuality and homosexuality. This letter is a response to critic Louis Artus on his last novel La Chair et le Sang published in October 1920.


Si, cher monsieur et ami, vous avez eu raison de m’écrire. Pour que vous jugiez notre foi utile à ma fable et surajoutée, il faut que mon livre soit bien manqué [La chair et le Sang] : j’ai voulu montrer la grâce venant de mourir dans certains cœurs, ne remportant chez d’autres qu’une médiocre victoire – mon échec, et qui pèse sur toute l’œuvre, est de n’avoir pas su faire de Claude un saint, en qui la grâce triomphât. Quant à la sensualité éparse dans ce livre, j’avoue qu’elle m’a confondu moi-même.
Se pourrait-il, Seigneur, que ceci de moi vint ? [Citation approximative du poème Booz endormi de Victor Hugo paru dans le recueil La Légende des Siècles]

Donc je souscris à vos reproches et ne proteste – mais avec une affreuse colère – que contre ce petit mot : “…alors qu’il n’y a que deux sexes…”
Je ne vois, je vous jure, entre Edward et Claude, rien qui ressemble à ce que vous insinuez là. Je sais d’ailleurs quelle sorcière a trouvé ça dans sa marmite. Sa vertueuse indignation me déconcentrerait – mais je connais tout de même assez ce sexe là pour y attacher la moindre importance.

Tandis que votre lettre, mon cher ami, m’inquiète et m’attriste : et vous entendez que ce n’est pas ici le romancier qui parle. Quelle responsabilité redoutable que la notre ! Enfin, faites-moi crédit. Je n’ai pas eu le temps encore de guérir de ma jeunesse. Demandez-vous aussi ce qui peut représenter de luttes douloureuses, épuisantes, une si grande foi unie à ce goût charnel, à cette passion pour Cybèle. Ceux qui se convertissent après quarante ans ne savent pas ce que représente de débats tragiques, chez un artiste surtout, possédé par les couleurs, les odeurs, les formes, les êtres – la jeunesse et la foi. J’ai créé de ma chair même Claude et aussi Edward (mais j’ai bien plus que deux hommes en moi !) et voyez comme l’un et l’autre se penchent sur la mort.
Jusqu’à présent, les critiques n’ont pris ce livre au tragique et j’en remercie Dieu.
Toutes mes félicitations au jeune grand père. Veuillez les partager avec Maurice Artus à qui je vous prie d’offrir mes hommages respectueux.
Croyez-moi votre
FMauriac”


La Chair et le Sang is a novel by François Mauriac, published in October 1920 by Emile-Paul Frères. The story is inspired by the suicide in 1909 of Charles Demange, nephew of Maurice Barrès who was one of Mauriac’s literary masters of youth, but also by his own personal questions and “amorous torments”.

Based on written sources, the “intimate biography” of François Mauriac by Jean-Luc Barré published in 2009 describes a homosexual tendency long kept secret, perhaps platonic but which marked his work. From 1924 he had a burning passion for the young Swiss writer Bernard Barbey.

Louis Charles Artus (1870–1960) is a French writer and critic. He regularly frequented literary circles, collaborating with various newspapers, such as Le Gaulois, Excelsior, L’Intransigeant, Le Petit Journal, etc. He is a close friend of Marcel Proust.